PJ Harvey au Rex

Publié le par arbobo

Un silence.


Une empreinte.


Impossible d'écouter un disque, de PJ Harvey ou de quiconque. Elle est là, elle prend  toute la place, sa musique, sa présence, je ne peux rien écouter, depuis des heures, depuis hier. Pas la place. Un silence assourdissant.

Assis, trop assis engoncés dans les fauteuils profonds du grand Rex où, selon Polly Jean, elle serait capable de piquer du nez même à son propre concert, nous recevons. Je suis près et loin, près de la scène mais très excentré, concentré, c'est un concert assis de PJ Harvey, il y a peu j'aurais trouvé que c'est une contradiction dans les termes. Immobiles, concentrés sur elle comme elle sur sa musique, elle nous arrive droit par les yeux et les oreilles, une force nous envahit, nous parcourt.

2007-1117pjharvey-rex-60.JPG

Jamais elle n'a été aussi belle. Et sexy au-delà du descriptible, dans une robe noire créée pour elle, robe victorienne portée par la modernité incarnée, et dont elle ne dévoilera, finalement, qu'un mollet, pour une chanson où elle avant besoin de  mieux voir une pédale d'effet.  Un frisson traverse  le Grand  Rex et 3000 paires de lèvres humides fantasment sur le mollet diaphane d'une rock star. Absurde.  Mièvre.  Mais ce souvenir nous remonte l'échine, nous fermons les yeux,  le concert revient, le souffle s'accélère...

Seule, elle arrive droit vers nous, guitare électrique sur robe de soirée.
To bring you my love. Si c'est un message, il aura été reçu sans ambiguité. Les enceintes crépitent, sa chevelure baroque immobile, son regard nous pénètre et une voix incroyable commence à graver en nous son empreinte. La salle pourtant assise se soulève de joie, plus rien ne pourra entamer ce moment. Polly Jean Harvey fait l'amour à son public, et connait toutes nos zones érogènes.

Rififi, Ska, Chrystelle, Laé, éparpillés un peu partout dans la salle nous avons du nous séparer après nos retrouvailles d'avant concert. Pas grave. Ce qui sort de cette bouche, de cette guitare, ce piano, nous est d'abord adressé à nous seuls, mais nous relie, nous savons que les autres voient, entendent, vivent, la même chose que nous, et c'est un bonheur de plus que de savoir qu'ils repartiront avec cette empreinte en eux tout comme nous.

A la sortie, pas besoin d'échanger nos impressions, de demander qui a aimé, ce qu'on a préféré. Quelques exclamations, un frisson, des regards qui en disent long mais voudraient en dire plus. Cela suffit.

PJ Harvey a parcouru ses 16 ans de carrière en une petite heure et demie, seule en scène et avec un brio quasi surhumain. Toutes et tous, nous avons espéré qu'un tel concert puisse exister. Après deux titres à la guitare, elle se pose au piano, et entame
the Devil avec pour percussion un métronome qui bat la chamade. Saisissant. Et lorsqu'elle enchaîne sur un autre titre de son dernier album, White chalk, la pureté de sa voix, nue à l'extrème, me remplit de larmes. Ce concert elle se l'offre autant qu'à nous, et ne donne que le meilleur. Avec deux de ses chansons qu'elle avoue préférer, Nina in ecstasy et Shame. De Water et Man-size des débuts, jusqu'à the mountain, toutes ses époques et tous ses styles sont revisités. Réarrangés. Jusqu'à lui poser un léger problème lorsqu'elle revient pour un 2e rappel non programmé. Elle a du tellement réarranger ses titres en profondeur pour les faire entrer dans ce concert, quelle ne sait plus que nous jouer malgré son envie de prolonger ce moment avec nous.

2007-1117pjharvey-rex-204.JPG

On voit mal pourtant ce qui peut lui résister. Elle n'a plus de limites.  Elle qui a fait un disque au piano alors qu'il y a 2 ans elle ne savait pas en jouer.  Elle passe sous nos yeux  de la guitare au piano droit puis à un orgue énorme dont elle tire un grondement plus grave encore que celui de sa boîte à rythmes. Elle nous fera même un C'mon Billy à l'auto-harpe, dont elle se paie le luxe de jouer au mediator comme d'une guitare de conte de fées.

Donner autant d'intimité et un tel sentiment d'être un spectateur unique, dans une salle de 3000 personnes, il fallait un don pour y parvenir. Il fallait la plus grande.


Seul le silence ne fait pas de fausses notes. Mais seule PJ Harvey est plus forte que le silence.

Publié dans concerts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

arbobo 11/12/2007 11:01

je lui demanderai (rires dans la salle)merci pour le lien et le compliment :-)

magiclilive 11/12/2007 10:50

Tu en parles tellement bien que je t'ai rajouté en lien sur mon dernier article. T'es trop fort c'est ta femme qui toi être contente !Enjoy

Aki 29/11/2007 12:35

Merci pour ce superbe post. J'étais plutot mal placé : tout en haut (mais à coté d'une charmante blonde) et même de si loin j'ai pu ressentir le souffle de la grande Polly. C'était un de ses meilleurs concerts. Une belle leçon.

Mélanie 22/11/2007 14:16

Merci pour ce compte-rendu qui réveille de magnifiques souvenirs. Moi non plus, je ne suis pas près d'oublier cette soirée.

arbobo 21/11/2007 22:51

ah oui, ces artistes qui sont aussi des femmes et des hommes....en tout cas un souvenir marquant.