Le jour où (1) ...j'ai arrêté de manger Vivaldi par la bouche

Publié le par arbobo

Début d'une nouvelle série, "le jour où", reposant exclusivement sur des souvenirs véridiques, et à laquelle vous êtes cordialement invités à m'envoyer vos contributions, meilleurs souvenirs, souvenirs spécifiques (j'écoutais NTM lorsque j'ai appris que le World Trade Center venait de s'effonfrer, etc.), anecdotes croustillantes, comme vous voudrez. Bref...

C'est rigolo la promo, parfois ça vous ramène incidemment à un passé plus personnel.

La période baroque reste celle, de toute la musique dite "classique", à laquelle je suis le moins sensible (euphémisme). J'en écoute rarement, et longtemps, question saisons, je préférais en avoir 4 sur une pizza que dans les oreilles. Négligeant au passage d'admirer le côté visionnaire d'un compositeur du 18e siècle qui inventa la musique d'attente téléphonique avant même que l'électricité existe. Léonard à côté c'est du pipi de chat, voilà, c'est dit.

Autant vous dire que Vivaldi, j'accrochais moyennement. Oh, mes parents ont bien du passer une ou deux autres oeuvres du bonhomme pendant que j'étais dans les parages, mais rien, bof, pas plus que ça, ça fait pas "tilt".
Or nous voilà au début des années 2000, je suis un sémillant jeune homme, propre sur lui, l'esprit ouvert, un peu DJ sur les bords et tout et tout. En voiture, c'est pôpa qui conduit, habitude familiale devenue tradition avec les ans. Or la règle est simple, et je l'applique volontiers : c'est le conducteur qui fixe les choix musicaux (dans la limite du supportable, hein, on n'est pas des sadiques chez les arbobo). Et pôpa, qui a la chance de s'être acoquiné avec une mère (la mienne, je précise) qui a des goûts similaires, qu'ils ont donc en commun (à la fois le fils, bibi, et les goûts, notez la construction pourrite de cette phrase), il met souvent France Musique. La "F.M.", en quelque sorte :-)

La route nous amène vers les côtes de Charente-Maritime, ou nous en éloigne, je ne sais plus, mais les mouettes sont dans les parages, et la F.M. est allumée. Je n'aime pas toujours, mais là, ce nouvel enregistrement de musique sacrée me tient en éveil, il se pourrait même que je me l'offre sans attendre. Nisi dominus. Mais de qui? De Vivaldi. Sans blague!? Je vais donc pouvoir écouter du bon Vivaldi en dégustant mes pizzas, ma vie musicale et culinaire viennent de prendre un tour radicalement nouveau.

J'ai toujours cet enregistrement, qui à la longue me séduit moins qu'au premier jour, j'avoue. Les pré-renaissants me plairont toujours plus, mais cette oeuvre a de l'allure. La musique sacrée prétend parler à votre âme, mais ne nous y trompons pas, c'est au corps qu'elle vous touche. Et puis certains interprètes parviennent mieux à nous toucher. Constatez.

Voilà qu'une nouvelle version avec Philippe Jaroussky fait actuellement un tabac.
Voici la vidéo de Naïve qui édite ce disque, réalisée pendant l'enregistrement. Alors?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

arbobo 05/02/2008 10:39

je récapitule : tu as gagné parce que tu avais perdu....

le tournoi était organisé par des curés ou bien?

rififi 04/02/2008 21:33

j'ai découvert Vivaldi quand j'ai gagné un disque pour avoir perdu à un tournoi de tennis ;-pet ce ce sont pas les 4 saisons qui m'ont plu, mais plutôt les concerti (-os ?) que j'ai eu avec, en particulier celui pour 2 trompettes...pour le jour où... je crois que je vais commencer par le jour où j'ai découvert qu'il n'y avait pas de jour où. Je garde plus une impression de fil continu, d'évolution progressive, pas de choc spécial. Enfin si il y a quelque chose qui revient...

G.T. 04/02/2008 12:37

Après coup, je me suis dit que ce souvenir ne correspondait peut-être pas tout à fait, puisqu'il s'agit d'une musique qui a "provoqué" cet événement, et non un événement qui m'a marqué et pendant lequel j'écoutais telle musique. C'est la musique qui est la cause. Mais bon, ton propre souvenir est finalement aussi en partie suscité par la musique, alors ne chipotons pas ;-)Sinon... bien sûr, j'assume mon enfance et les musiques qui m'ont marqué... mais j'assume aussi mon "snobisme" :-)

Ama-L 04/02/2008 12:24

GT, si tu avais trippé sur Joy Div à 8 ans, il y aurait eu surtout de quoi s'inquiéter ^^

arbobo 04/02/2008 10:57

ama-l rassure-toi, je ne te dénoncerai pas :opGT, c'est exactement ce genre de souvenirs auxquels je pense.En fait j'ai été frappé un jour en entendant mon père raconter le moment où il a appris la mort de De Gaulle. Je me dis que certains événements sont gravés dans la mémoire de chacun (1er pas sur la lune, 11 septembre 2001), et j'ai voulu trouver une transcription musicale de cela. Du coup on entre dans l'intimité du souvenir, et les musiques ont souvent ce pouvoir d'évoquer le passé.GT, ne sois pas trop puriste, à cet âge c'est déjà très louable d'avoir flashé sur ce morceau. On a souvent peur de paraître mièvre en évoquant des souvenirs d'enfance, je crois que c'est infondé, assumons notre enfance telle qu'elle fut :-)