Diva, pour vous lectrices

Publié le par arbobo

Est-ce un hasard si Diva, le "féminin musical", sort en même temps que la version française de GQ?
A moins que ce magazine ne soit une version plus fouillée et plus women oriented de Crash?


En tout cas merci à Leirn qui a attiré mon attention sur Diva. Longtemps la lecture d'un magazine musical était d'une monotonie désespérante, que des pommes d'Adam, pas une paire de sein à l'horizon. Que dalle, pas une meuf, rien, de Rock'n'folk aux Inrocks ou autres. Depuis quelques années ce n'est plus le cas, plus besoin de faire appel au souvenir évanoui de Laurence Romance.
Longtemps aussi, parler de musique dans un magazine féminin consistait à faire un portrait de Julien Clerc ou expliquer en 10 lignes que le dernier Souchon est super touchant.

Girls rock ! Vous l'avez remarqué, les femmes sont souvent à l'honneur depuis quelques temps. Derrière des artistes "incontournables" comme Madonna, Björk, PJ Harvey, ou une Cat Power starisée, la presse et le public indé n'ont plus honte d'aller voir Electrelane, the Gossip, Mademoiselle K ou Au revoir Simone. Pour autant Diva n'est pas dans une logique ghetto ou même "segment" pour parler marketting.
Les femmes, les filles, écoutent beaucoup de musique et ont souvent des habitudes de lectrice différente des hommes (c'est un constat, rien de plus). Ce n'est pas parce que des femmes sont journalistes à Magic ou aux Inrocks que leur lectorat est nécessairement féminin. Lancer un "féminin musical" fait voler en éclat une barrière autrefois officielle, et qui perdurait de manière moins visible.
Vous imaginez un "féminin de football"? Je le lirais avec plaisir, mais il n'en existe pas encore, et il n'y a pas si longtemps le lectorat n'était peut-être pas encore prêt pour un Diva.

Ce nouveau mag, je le découvre en simple lecteur, sans y connaître personne. Je ne suis pas fana de mode, mais je le lis avec plaisir, et le contenu musique est un bon dosage de hype, d'artistes méconnus qui ont des choses à dire, et d'articles transversaux. Un mélange intéressant de ce qu'on lirait aussi dans d'autres journaux (l'anglaise Duffy, très à la mode en ce moment, ou Berry) et de sujets plus originaux (un portrait de Headbangirl, ou Caroline Duris). En tout cas, c'est le lectorat visé qui est féminin, en lui parlant de la musique qu'elles écoutent ou pourraient écouter. Autrement dit de la musique tout court, artistes masculins, féminines, groupes mixtes, peu importe. Le ton, lui, et l'aspect visuel du magazine, renvoient les lectrices à ce qu'elles lisent par ailleurs. Je veux dire par là, en résumé, que c'est un peu comme si le magazine Numéro avait moins de pub et de  mode et parlait surtout de musique.

J'espère que le mag tiendra. Cela voudrait dire qu'il a tenu le niveau de qualité de son n°1, déjà. Cela voudra dire aussi qu'une certaine segmentation de la presse a évolué. Je suis curieux d'avoir votre avis sur Diva.

Comme dans toute presse "féminine", le chef est un homme, ainsi qu'une partie de la rédaction (même s'ils ont UNE red'chef). En revanche les photographes sont plutôt des femmes, alors que la photo de mode était un bastion masculin, la photo rock aussi, bref la photo tout court.

Toujours est-il qu'avec Voxpop depuis la fin 2007 et maintenant Diva, la presse à dominante musicale sort de ses sentiers habituels, et nous offre de nouvelles manières d'aborder la musique. Pourvu que ça dure.


Commenter cet article

arbobo 30/04/2008 10:24

^j'y vais de ce pas sylvain :-)

sylvain 30/04/2008 02:36

commentaire n°40 : les kids et les belettes mon interview de la redac chef de diva est enfin en ligne sur mon site, l'enquête est donc faite, y'a plus qu'à lire et réagir, je vous attends !bizhttp://parlhot.over-blog.com

arbobo 26/04/2008 17:43

pauvre de nous ^^

Thom 26/04/2008 16:44

(tu crois qu'on passe pour deux beaufs voulant bosser chez Diva pour pécho d'la meuuuuf ? :-))(surtout quand on voit nos commentaires respectifs à mon dernier billet...)(nos réputations sont en train d'en prendre un coup... :-))

arbobo 26/04/2008 11:51

tu peux draguer les filles qui y bossent, thom, ;-)(pour ta question, je te répondrai quand ils m'auront embauché ^^)