Le Zic-Zinc

Publié le par arbobo

Merci Alice,
qui m'a débauché l'autre soir pour écouter Beaubourg au Zic-Zinc (clique mon frère, clique j'te dis).

Les bars où l'on peut entendre de la musique live, ça ne manque pas surtout à Paris (que du bonheur). Mais certains s'y prennent mieux que d'autres. Le Zic-zinc a ce qu'il faut pour devenir un rendez-vous des concerteux parigots.

On a assisté à la fin du concert des orléanais Beaubourg, en formation réduite ce soir là (3 sur 8). Ca swingue, ça chante en français et en italien, les 3 gars sont chouettes, les 2 chanteurs plutôt charismatiques. Ca vaudra le coup de retourner les voir. Dans le public bien chauffé, au premier rappel une fille entonne les paroles avec eux. Ouille, ça c'est du sérieux. Soit c'est un droïde, soit Beaubourg est célèbre sur une demi planète et je suis pas au courant. Je me demande où je suis tombé, je me sens bête, moi aussi je veux bien connaître les paroles de Francis. Renseignements pris, elle connaissait déjà le groupe et a leur disque. C'est par elle que Beaubourg est venu jouer ici. Ouf, je ne suis donc pas le seul à découvrir le groupe ce soir 8-)
Ou pour le dire autrement, je reste un naze, mais je ne suis plus un naze-tout-seul.

Au Zic-zinc tout le monde se connaît, donc je finis par boire des coups en causant de choses et d'autres avec un autre Mathieu férocement attaché à défendre les pépites du répertoire maison. Tu viens écouter du son, tu repars en ayant discuté avec d'anciens inconnus que tu reverras ou pas la prochaine fois que tu retourneras là-bas. Ca peut être la définition d'un bon endroit. C'est rue Saint-Maur mais ça a quelques vertus de la "rue Gama".

Au Zic-zinc y'a pas de billard ni de fléchettes, pas de tac-o-tac et pas de radio pourrie par la pub. Un ampli Nad, un lecteur de CD Rotel, des enceintes Bose, voilà des gens qui savent se servir aux bonnes adresses. Aux murs, des rangées de disques, neufs ou d'occasion, des groupes français connus ou des maquettes auto-produites. La lecture de ces murs rappelle les musiciens qui ont joué ici bien plus sûrement que votre collection complète de Lylo.

On pourrait se croiser là-bas un de ces quatre. Si c'est le cas, payez moi une bière, ça me rend aimable. Et puis j'ai renversé la dernière que j'ai commandée, c'est un peu comme si vous m'en deviez une ;-p

Commenter cet article