Alien 5

Publié le par arbobo

Le 5e album (et ènième disque) d'Ellen Allien est sorti il y a pas très longtemps. Allien avec 2 "l", je sais, j'ai triché dans le titre, je suis perfide.

Ellen Allien and Apparat - Orchestra of Bubbles.
Comme beaucoup de monde, je l'ai découverte à la sorti de son 3e album, le magnifique Berlinette. Et j'en étais resté là. a ce morceau de bravoure à la fois abstrait et dansant de la fondatrice du label B-pitch control.
Ellen Allien fait une electro abstraite, c'est d'ailleurs souvent celle qui me plait, en tout cas quand elle est faite par des gens de talent comme elle ou Boards of Canada ou les mythiques Motorbass.

La peinture abstraite, on n'a pas besoin de passer des heures à en expliquer le principe. Pour la musique, art abstrait entre tous à mon humble avis, l'adjectif peut surprendre. Mais je trouve qu'il colle assez bien à ces sons synthétiques et au format de ces morceaux, aussi courts que des chansons mais pas construits sur un schéma couplet-refrain. Ce qui vient compléter le côté "abstrait", c'est qu'à ces 2 caractérisitiques il faut ajouter des rythmiques qui ne sont pas conçues pour agiter la piste, ce qui n'empêche pas certains morceaux d'être dansants, mais pas à la manière du boum-boum de la makina ou de la techno de base sur laquelle on danse machinalement.

Ca ne fait pas nécessairement d'Ellen Allien ou de Motorbass une musique d'intellos pour intellos. Mais le travail formel est réel, à défaut d'être toujours réussi. Et c'est là que je voulais en venir. La critique a présenté ce nouvel album comme plus chaleureux et plus dancefloor que le précédent, que je n'ai pas écouté. Peut-être qu'il me plairait plus que celui-ci, qui n'a pas la flamboyance de Berlinette; Berlinette étant tout simplement un grand disque, ça fausse un peu les jugements, mais c'est de sa faute, hein, si elle est capable d'être aussi canon.

Il y a des sons qui viennet clairement du rock et de la pop dans cet album, et à la réflexion je trouve que c'est ce mélange qui ne me convainc pas, alors que Berlinette était parfait d'unité. On retrouve des sons de percu très ronds, très liquides, et le chant, comme sur way out, est très aérien et (trop) filtré, mais aussi des guitares et sons de clavier plus métalliques. Présenté comme ça ça pourrait me plaire, et par groupes de 2-3 morceaux c'est vraiment bon, mais l'album avalé d'un coup me laisse sur ma faim. Ou plutôt il est gaché par 2-3 titres. Par exemple l'introduction bégayante de Do not break (qui reste un bon morceau) me fait immanquablement penser à celle de the weekend de Michael Gray, très réussi pour danser mais qui n'a rien d'un titre marquant. Et puis le second morceau chanté, Leave me alone, a beau avoir plein d'atouts il me fait limite sortir du disque et ça m'agace.

Je n'ai toujours pas mis le doigt sur ce qui me manque, à part le brin de génie de Berlinette, parce qu'il faut bien avouer qu'une fois passé les 2 premiers titres, on perd toute envie d'arrêter le disque avant la fin.

Il y a même des trucs qui sont séduisants, comme l'utilisation des cordes sur Retina, qui met une ambiance très inquiétante et martiale, ou l'excellent Rotary ou le terrible Jet, qui reste dans des sons très ronds, aux attaques et aux fuites fondues et à la batterie très mate, sèche, un morceau qui monte en régime à son ruthme comme un bon Swayzak qui aurait croisé Etienne de Crécy. Par moment un roulement de batterie très travaillé tient plus du vrombrissement et nous met dans une bulle. Ca aussi c'est bon. Mais ensuite vient le fade Sleepless, bien mal nommé. Puis ça repart de plus belle avec à nouveau ces violons redoutables, qui m'évoquent chaque fois Asian Dub Foundation par la manière orientale de les utiliser. Si tout pouvait être du niveau de Metric, ce serait un des 3-4 disques de l'année. Ces cordes font aussi penser à celles qui parsèment Galvanize, le tube anglo-paki des Chemical brothers.

Bref, démardez-vous pour trouver Metric, et si pour ça il vous faut acheter l'album ça vous en fera toujours un d'Ellen Allien, il y a pire dans une discographie.

Commenter cet article

Music Business by C. 25/06/2006 12:18

Motorbass, Etienne de Crecy?    Air..les daft, alex gopher...? On est tres french touch ici!!:) Je repasserai! Ps: quant à Michel Gray, j'ai été très décue, Happy Music décline un peu je trouve! Une vraie daube pour celui-là et le son est carrement petit! Enfin, attendons le reste! A bientôt:)

arbobo 23/06/2006 23:34

merci vieux ;-)le orange dans les textes sont tous des liens.le site d'ellen est très beau en effet, et j'azurais pu préciser qu'on y trouve 2 mp3 téléchargeable,des morceaux assez secs bien rythmés, sans ces intrusions rocks qui m'ont dérouté dans l'album. Assez dancefloor, 2 bons morceaux mais qui portent moins sa patte, EA a un son bien à elle c'est pas si fréquent, aussi bien en électro que 'ne rock.jeff, ça fait un moment que j'en ai pas parlé, mais il faut que tu écoutes la compil so young but so cold sortie chez Tigersushi. J'en reparlerai prochainement, en lien avec une autre compil voisine.allez, j'ai besoin de me reposer, j'ai un 8e de finale à préparer...

jeff 23/06/2006 23:10

pour finir avec ellen, je trouve son site très sympa : http://www.ellenallien.de/A+

jeff 23/06/2006 23:09

Juste pour dire que l'album qu'elle a fait avant Berlinette, "Stadtkind" (orthographe...?),  est encore mieux ! Je trouve Berlinette, un chouia trop pop, mais bon, je suis difficile...Il est très bien ce blog, et le rédacteur n'est pas un faignant : quasiment un article par jour ! Bravo !!La bise, Jeff