Constat amiable

Publié le par arbobo

Le couplet de Wanna be startin' somethin de Michael Jackson se termine et le saxo commence sa course folle. Problème. Echo. Plagiat.
Le montant de la transaction n'a jamais été révélé, mais l'album Thriller, l'année de sa sortie, à atteint des chiffres de vente proprement hallucinants, alors on imagine que Manu Dibango a touché gros pour ce plagiat de son tube Soul Makossa.

Ce qui est pas mal, c'est qu'en plus d'apporter un gros paquet de pognon à Dibango, cette affaire, qui a fait le tour du monde, a apporté une nouvelle audience à ce magnifique morceau d'afro-funk. Soul makossa a été réédité, sélectionné sur des compils, et a fait l'objet de EP dédiés. Notamment, en 2003 Mercury France a sorti un 4 titres vinyl comportant 2 remix de Soul makossa et 2 boucles, la partie a capella de Manu Dibango, et la partie a capella des choeurs. Un régal pour les DJ.

C'est de loin la plus grosse affaire de ce genre, mais des titres très connus ont une hisoire similaire.

My sweet lord de George Harrison, probablement son titre solo le plus connu, et un de mes morceaux préférés de tout le rock, fait partie du lot. C'est un plagiat de He's so fine, titre de Ronald Mack enregistré par les Chiffons. Apparemment le conflit a fait couler beaucoup d'encre.

Plus près de nous, un exemple qui m'agace un peu parce que je suis complètement passé à côté. Le refrain de DJ de Diam's n'est rien d'autre que la ligne de chant de Quien sera, morceau latino mondialement connu composé par Pablo Beltran Ruiz, repris par Dean Martin et tant d'autres en anglais sous le titre sway. Diam's reconnaissant le plagiat involontaire et arguant de sa bonne foi, a réglé l'affaire à l'amiable, en reversant des droits d'auteur.

De temps en temps un truc nous saute aux oreilles, et on ne sait pas bien quoi.  J'écoutais le disque de Salome de Bahia sur lequel  elle reprend  des tubes brésiliens (Brazil, Yellow productions, 2005). Pas trop mal ce disque, sans plus, ça reste un production Bob Sinclar avec ses bons et ses mauvais côtés. Le disque s'ouvre sur Taj Mahal, excellent morceau de Jorge Ben. Et là, au moment du refrain, un sentiment de déjà vu, qu'il m'a fallu quelques heures pour cerner plus précisément. Une partie de chant sans paroles, les choeurs qui reprennent "di lidididi" ou un truc de ce genre. J'ai fini par trouver, en déformant ce son dans tous les sens dans ma tête jusqu'à retrouver des bribes de paroles. Paroles qui appartiennent à Rod Stewart, et le titre vous le connaissez forcément, Da ya think I'm sexy, un inusable des années 80. Deux morceaux, un seul refrain, mais j'ignore s'il y a eu contentieux et/ou arrangement entre Jorge Ben et Stewart. Vu le tube qu'a été da ya think, j'espère pour le brésilien.
 

Publié dans arbobo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

arbobo 27/01/2008 13:05

pour le fait qu'il serait resté inconnu, je serais moins catégorique, mais merci de ces précisions gloup, et bienvenue :-)

GloupUnitedStates 27/01/2008 02:42

En ce qui concerne Jorge Ben, il s'agit bel et bien d'un plagiat, et je prenais un malin plaisir à diffuser l'original brésilien à la radio pour couper court à toute demande d'auditeur qui demanderait la version de Rod Stewart («on a déjà passé la version originale brésilienne, alors je vous suggère un autre morceau de Rod Stewart...»), ce qui faisait marrer dans sa barbe le directeur d'antenne.Le morceai de Rod Stewart a été "composé" juste après un voyage au Brésil alors que Taj Mahal passait sur toutes les radios brésiliennes, ce qui a pesé lourd dans la balance lors du procès pur plagiat (au motif, je m'en souviens encore bien, que Rod Stewart utilisait la mélodie sans autorisation et sans mentionner le nom de Jorge Ben, voilà pour les griefs exacts).Sans ce plagiat, Jorge Ben ne serait pas connu en Europe, ni aux Étas-Unis, tout le monde lui foutrait la paix. C'est Rod qui a lancé sa carrière internationale.

Ama-L 12/02/2007 15:34

Sur Jorge Ben et Rod Stewart, ça me coupe la chique. Non que je découvre les similitudes, mais justement parce qu'elles sont tellement évidentes que j'ai toujours cru que "Da Ya Think" était une reprise. Et en fait, peut-être pas!Cela dit, si la "petite figure" a tout piqué au Brésilien, j'espère qu'il lui a filé du pognon, mais Jorge Ben n'est - tant mieux pour lui - pas trop à plaindre, ce fut (je ne sais s'il l'est toujours) une giga-star dans son pays.

arbobo 26/06/2006 13:54

curieusement j\\\'ai oublié de mentionner un des cas les plus récents, que j\\\'ai évoqué pourtant ici au détour d\\\'une note :
le chant "Excursions into oh a-oh" de stereolab s\\\'inspire en partie de "Mad world" de tears for fears :
http://www.radioblogclub.com/search/0/mad_world_tears
http://www.amazon.com/gp/product/B000E6GC7U/qid=1151322792/sr=2-1/ref=pd_bbs_b_2_1/002-1447545-0422467?s=music&v=glance&n=5174