Rise

Publié le par arbobo

Rosa Parks est décédée le 24 octobre 2005. Fin d'un symbole, d'une femme debout qui a protesté en s'asseyant.

Les Noirs américains ne maqnuent pas de symboles forts de leur lutte pour l'émancipation. Parmi les magnifiques compilations de soul-funk qui paraissent régulièrement depuis quelques années, l'une d'elles attirait l'attention par sa couverture très politique : le fameux podium de Mexico en 1968, Tommie Smith vainqueur du 200m et John Carlos médaillé de bronze, poing ganté de noir tendu pendant que l'hymne américain couvre leur tête abaissée en rappel de l'esclavage.

Cette photographie est choisie en 1999 par le label Harmless pour sa compilation Stand up and be counted. Le titre lui-même vient d'un morceau de the Flames sélectionné sur le disque. L'ensemble de la sélection comporte exclusivement des titres engagés.

Au passage, moi qui aime relever les emprunts, je ne peux passer sous silence l'un des plus beaux : la ligne de basse hypnotique de The revolution will not be televised, morceau culte de Gil SCott-Heron, a inspiré le premier titre de Emperor tomato ketchup des géniaux Stereolab. Quand on connait les positions gauchistes de Stereolab, cet emprunt ne doit rien au hasard et l'hommage n'est pas purement musical.

Un autre morceau alimente la lutte. Nous sommes plus tard, à New York, en 1980. Brother D et le Collective effort font partie des pionniers du rap. Leur morceau How we gonna make the black nation rise? résonne comme un programme politique. Sur un rythme funky à vous mettre les genoux en macramé, les chateurs répètent inlassablement la question avec pour réponse : "agitate, educate, organise".

 Que ce soit chez Scott-Heron ou Brother D, la musique devient un gigantesque tract, et la politique quelque chose de très concret, départi d'onirisme irréaliste.

Commenter cet article

Didine 01/07/2006 20:54

Salut. Un petit com rapide juste pour te dire que ton blog fait du bien. Si si. Ca y parle d'artistes vrais, ça parle de l'Histoire, tout simplement. Première fois que je tombe sur un blog de ce genre, et très sincèrement, j'y reviendrais.