Myspace, eldorado contesté

Publié le par arbobo

Myspace est devenu en peu de temps un incontournable du web, qui n'en finit d'enfler et d'attirer toujours plus de lecteurs-auditeurs. Mais à mesure que croit le phénomène, des critiques souvent fondées se font entendre.

Petit rappel du principe de myspace.com : un artiste va sur myspace, se crée une page sur le site, y met son cv et surtotu des titres en écoute gratuite (on peut aussi choisir de le mettre ou pas en téléchargement). Une rubrique "mes amis" permet de générer des liens entre les milliers de pages de myspace, pour faire faire découvrir toujours plus d'artistes. en gros, le but est d'aboutir à des révélations comme the arctic monkeys, groupe qui a buzzé plus d'1 ans sur le web avant de sortir enfin un album qui a marché immédiatement (et qui s'est plus vendu en téléchargement qu'en magasin).

Myspace n'est qu'un outil, qui a déjà un grand mérite, la gratuité, chose qui même sur internet est rarement acquise. Dans les meilleurs cas, un groupe autoproduit voire n'ayant pas de disque, peut faire entendre son travail à la terre entière, en espérant taper dans l'oeil du public voire des producteurs ou tourneurs. Des groupes comme Plume sont dans cette veine là, et ça fait du bien.

Mais myspace donne à bon compte un label "indépendant" sur tout ce qui s'y trouve. On a déjà repéré des groupes produits que leur maison de disques a mis sur myspace avec pour mission d'y faire semblant de ne pas avoir un pied dans le système, pour doper les ventes du prochain disque.

Que des mastodontes comme les Roling Stones (via leur maison de disque, encore) aient des pages sur myspace, pourquoi pas, avoir quelques préécoutes là ou aillerus, après tout... Mais de nombreux auditeurs vont sur myspace pour faire des découvertes tout seuls, et avoir un parfum d'inédit. Et ils se font avoir.

Logique, puisque Ruppert Murdoch est un magnat des médias qui ne fait rien sans penser à ses millions. Et Myspace n'est autre qu'une créature sortie tout droit du portefeuille de Murdoch. Voilà pour le côté "caca boudin vilain monsieur".

Mais on peut aussi retourner le cynisme des maisons de disques. D'abord en se disant que c'est de bonne guerre vu le maqnue à gagner que leur ponctionne le téléchargement illégal. Et puis surtout, au fond, d'où vient cette vanité de vouloir être le premier à découvrir la perle de demain? J'avoue que j'ai parfois ce plaisir, quand on voit un petit groupe de rue sortir un disque et récolter les premiers éloges, on est flaté d'avoir eu le goût sûr, d'avoir "su" avant les autres. Mais quelle vanité, en même temps. Et parfois quelle perte de temps alors que quand on a trouvé un bon magazine spécialisé on peut leur laisser le soin de faire le tri entre le dispensable et la nouveauté qui déchire. Après tout, Murdoch ou pas, ce n'est pas lui qui compose et qui se donne du mal pour faire exister sa musique. Finalement, Myspace n'est pas cet eldorado qui court sur toutes les lèvres des fans, c'est juste un endroit où entendre de la musique. Et c'est déjà beaucoup.

Publié dans arbobo

Commenter cet article

Christophe 28/07/2006 18:47

Moi, je conseille www.myspace.com/thiswilldestroyyou
et c'est in-con-tes-table.

laurence 16/07/2006 10:38

Ok ok , pointu, on le dira plus....
;-)