Youtube sa race

Publié le par arbobo

J'ai à moitié flingué myspace il y a pas longtemps, sans doute pour me venger de l'avoir découvert après tout le monde. Alors maintenant, qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire sur youtube?

Bah.... comme tout le monde, en dire du bien. Entre les images de la dernière séance d'essais du grand prix de formule 1 et des extraits d'une séance du sénat américain, on trouve aussi des épisodes entiers de séries télé du monde entier ou des vidéos musicales.

Plus de 150'000 vidéos musicales, en fait. Tantôt enregistrées à la télé, comme certains morceaux de Steely Dan ou un live de Pink Floyd sur la BBC. Tantôt mises en ligne par les artistes eux-mêmes.

Pour profiter pleinement de youtube, pouvoir y mettre soi-même des vidéos, poster des commentaires, etc, il suffit de s'inscrire, gratuitement. A moins d'avoir moins de 13 ans, tout le monde a le droit de s'inscrire. Les musiciens sont les seuls à qui youtube propose une adhésion spéciale. Pas les vidéastes ni les cinéastes, uniquement les musiciens.

Dans ce grand n'importe quoi, on peut heureusement faire des recherches par mots-clefs et en texte libre. Magie de l'informatique...
Grâce à quoi on tombe sur Aragon et Castille, scopitone pas piqué des hannetons de mon adoré Bobbi Lapointe. Grâce aux tags (mots-clefs) et aux regrouepements par origine des vidéos (personne qui les a mises en ligne), youtube propose spontanément d'autres vidéos susceptibles de vous plaire. A la fin d'Aragon et Castille on vous propose d'aller écouter Jean Yanne. Logique et bien fait, isn't?

Mais n'allez pas croire que youtube n'est qu'un archivage de vieilleries. D'ailleurs au jour où j'écris ces lignes, on trouve sur la page d'accueil de youtube une chanson d'une jeune songwriteuse assez douée. Son morceau me fait invariablement penser à Space Oddity de David Bowie, sur certaines mesures, mais ça vaut le coup, d'écouter Close to your head de cette Terra Naomi.

Si vous êtes convaincu (après 2 écoutes pour l'instant je le suis), vous pouvez aller jeter un oeil sur le site perso de Terra (apparemment c'est son prénom). Comme quoi youtube c'est chouette, mais ça ne remplace pas un vrai site à soi. Ca permet en revanche d'y faire venir du monde, ce qui n'est pas mal du tout. Et justifié, dans le cas de Terra Naomi. En toute logique les morceaux à écouter depuis son propre site sont en réalité hébergés sur.... myspace. <sigh>
On y découvre que son Up here est du sous-Texas sans intérêt, et que Vicodin song est surtout sauvé par sa voix (et encore). Je la préfère seule à la guitare, au moins on profite de sa voix bien timbrée. Soit son morceau sur youtube est son ancien répertoire, et je la considère comme définitivement perdue, soit c'est son nouveau registre et il va falloir au contraire la tenir à l'oeil du coin de l'oreille (pitié, oubliez cette phrase).

Bref, youtube c'est beaucoup de "you" et pas forcément de "tube".

Commenter cet article

Christophe 26/08/2006 11:52

Putain, j'ai découvert YouTube (grâce aux mentos) !

Beaucoup de merdes, c'est vrai, mais des petits truc s sympa, comme ça : http://www.youtube.com/watch?v=wo8bzgGVu6o&mode=related&search=

arbobo 07/08/2006 17:23

ok, ok.
pour la news, j'ai cédé à la pression populaire. Pour lastfm, pfff, la radio et moi ça colle pas trop d'une manière générale, depuis un moment.  j'en causerai, probablement, pour faire comme tout le monde. Si le coeur m'en dit.

Christophe 06/08/2006 12:40

Quelques commentaires à brûle-pourpoing :

Le titre, bien que très fin, ne reflète pas vraiment la chronique, finalement mi-chèvre mi-chou. On attendrais plutôt que DJ Cyberdog égratigne ou pinaclute (du verbe pinacluter : porter au pinacle) quelques pépites youtubesques. Dans une autre chronique pitête ?

La chronique en elle-même navigue entre le mode d\\\'emploi et quelques exemples. Je laisse les exemples pour enjoindre arbobo de se mettre aussi à last fm (www.last.fm), qui, grâce au système des mots clés vous permet de construire votre radio sans lever le petit doigt, et de découvrir par un astucieux système de marabout d\\\'ficèle des accointances musicales que vous n\\\'auriez imaginées. Et puis ça permet d\\\'écouter une drôle de radio thématique à la commande... Je vous laisse découvrir.

Et de fil en aiguille, j\\\'enjoindrai aussi Arbobo de fouiller sur l\\\'hypertextualité et les réseaux d\\\'affinités (ce n\\\'est pas cochon hein), de quoi faire un bel article. On pourrait s\\\'y demander si ce post modernisme, visant à rebondir de sujet culturel en sujet culturel par simples liens de similarité ne construit pas de faux domaines (on a l\\\'impression d\\\'une cohérence alors que ce n\\\'est que des ressemblances astucieusement reliées) ?
Mais on pourrait tout au contraire louer cette nouvelle forme de reconstruction de son identité culturelle, affranchie des frontières des typologies, voguant sur des ponts subtiles entre ouvres si disparates, mais qui reflètent qui une réelle cohérence émotionnelle, qui des fidélités cachées, qui enfin ce qu vous voulez je ne vais quand même pas faire tout le boulot d\\\'Arbobo.

Qui ne saura se défiler, parce que The covers project est aussi en plein dans le mille.

Alors hein.

mario cavallero

PS : pourquoi il n\\\'y a toujours pas de niouse letteure sur ce site, qu\\\'on soit informé automatiquement des artiques. Ronntudju.