Un Cavallero, surgit hors de la nuit...

Publié le par arbobo

Encore un nouveau venu parmi mes liens : pop-hits.

Un jour j'ai découvert à la maison qu'un de mes frères avait accumulé des stocks de disques d'occasions, achetés par lot. Quand on fait des lots, c'est pour mieux se débarrasser de ce qui ne se vendra jamais à l'unité.

Entre un Stone et Charden et un Marcel Amont, j'ai ainsi pu découvrir des flots de compilations douteuses. Si vous avez déjà, comme moi, assisté un 14 juillet à un bal animé par un groupe qui vous joue de reprises approximatives de tubes plus ou moins récents (et pas vraiment des tubes, d'ailleurs), sachez que certains d'entre eux ont récidivé sur disque.

De ces disques aux visuels malheureusement trop naïf et aux sonorités méconnaissables entre toutes, sont nées quelques idées. D'abord j'ai confectionné dans ma chambre une frise de 45 tours : Adamo, Sheila, Tom Jones, mais aussi Rika Zaraï,  les Spotniks ou Afrique Simone, bercent mes nuits et me tiennent à l'abri de toute influence de France Musique. Je vous montrerai ça un jour, en vidéo si vous êtes sages, ça donnera mieux.

Ensuite, de ces compils qui éreintent le diamant de ma platine vinyl (rien que de me voir sortir la pochette, le bras de la platine fatigue), est née une collection commune. Avec CD, vieux comparse qui a toujours pour moi les idées pourries que j'ai oubliées d'avoir, nous avons commencé à accumuler les volumes de ces compilations de supermarché. Au premier rang desquelles Pop Hits, hit parade chanté.

Peut-être vous souvenez-vous d'une pub Telefunken des années 80, dans laquelle une sculpturale aryenne  extrayait de l'onde sa généreuse anatomie au son de Eden is a magic world. La pochette du 45 tours la montre sur la plage dans son t-shirt mouillé. Mauvais goût garanti à tous les niveaux. Les pochettes de Pop hits lorgnent sur ce côté macho-voyeur, mais avec généralement plus de mise en scène donc plus de ridicule.

Pop hits, ce n'est donc pas seulement Mario Cavallero et son orchestre, auquel on doit aussi des disques de tango et plusieurs disques sur son label Les Tréteaux. Et Les Tréteaux, c'est notamment Daniel Janin, qu'on croise parfois sur des compilations de easy listening. Ce sont aussi, généralement, des pochettes ornées d'une photo de Michel Laguens, qui a également sévi pour d'autres séries. Laguens a souvent fait des pochettes avec des photos de groupe, mais toujours des femmes. Et quand on le laisse choisir, il prend immanquablement des blondes aux cheveux longs et aux lèvres pulpeuses. Il est comme ça Michel Laguens, sauf quand il fait une pochette pour Barbara.

Je ne développerai pas tous ces points, parce que ça, c'est la vocation d'un magnifique blog-parade-chanté : www.pop-hits.info Pop Hits vol.5

Ce blog, dans lequel je n'interviens qu'en sous-main et comme co-pourvoyeur, a deux points forts. D'abord des textes suffisamment débilement drôles pour ensolleiller vos journées. Ensuite, une gallerie de pochettes de disques qui nourriront vos songes (abonnez-vous à la newsletter, le rythme de parution est très changeant).

 

Publié dans arbobo

Commenter cet article

laurence 16/08/2006 20:58

J'ai à ajouter, bicoz ayant pioncé qqes jours devant les pochettes en question, lesquelles avaient des yeux revolver qui me regardaient fixement, et des lèvres pneumatiques ou pathétiques du tout, que c'est proprement a-hu-ris-sant que ces nullissimes photos aient sombré aux oubliettes.
Elles sont capables de vous donner une féroce envie d'aller restituer son dîner au plus proche buisson de plantes vertes adéquat.
Si c'est pas de la poésie ça, par dithyrambe à iambe cahotique.
Un effet boeuf, vous dis-je.
Pardon.
Beauf.
;-D

Christophe 16/08/2006 14:06

Difficile d'en rajouter plus sans déflorer l'effet dythirambique de pop-hits.info. Personnellement, en tant qu'animateur pour l'instant principal de la parade des pochettes pourraves des 70's compilgnonnesques, je pense qu'Arbobo est l'auteur le plus important.

Car c'est en pensant à lui que je repense le mieux à ces photos nullardes.

Et ça, évidemment, personne n'ose le dire.