CBGB

Publié le par arbobo

Au détour d'un article, j'apprends que la fin du CBGB est maintenant officielle.

CBGB closed, by Juroca
Halloween 2006 devait être la dernière soirée de concert dans cette salle. 33 ans de concerts. Point final aux années punk et no wave. C'est la date que le club avait annoncée à l'automne dernier. La fin fut anticipée de peu, le 15 octobre. De manière pas exactement négociée.
Je ne vais pas me morfondre en nostalgie pour une salle dont je n'ai jamais vu plus que le pas de porte. Mais certaines salles sont porteuses d'un petit bout d'histoire musicale. Dites à un amateur de classique que Pleyel ou Gaveau ferment définitivement, vous les verrez accuser un peu le coup. Idem pour les jazzeux avec le Duc des Lombards, et souvenez-vous de l'émoi national qui a entouré la fermeture puis recréation à l'identique de l'Olympia il y a quelques années.
Ces endroits sont une peu les stade Geoffroy Guichard de l'art musical ;-D

Hilly KristalLes belles heures du CBGB sont loin derrière nous. C'est il y a plus de 20 ans que cette salle a servi de caisse de résonance aux innovations soniques des Ramones, Television, Talking Heads, Blondie, Patti Smith... Car le CBGB fut une salle résolument rock, et résolument new yorkaise. La salle est sur le Bowery, au sud de Manhattan.
Mais ce n'est que la partie "légende" de l'histoire. Car le sigle complet est CBGB & OMFUG, à savoir "Country, bluegrass and blues, and other music for uplifting gormandizers". Autant dire que les premiers groupes à faire des ré et des sol dans les 370m² de ce club n'avaient rien à voir avec l'avant-garde punk qui a fait sa réputation. Le virage est venu assez rapidement, par Television. Le patron Hilly Kristal raconte lui-même l'histoire du club.

L'histoire commune retient surtout le choc des années 1968, Woodstock, ou encore l'explosion punk en Angleterre en 1975-1977. Pourtant, comme j'ai déjà eu l'occasion de m'y arrêter, le New York des années 1975-1985 a été un laboratoire dont le bouillon de culture a contaminé le rock entier. Souvent pour le meilleur.

Preuve parmi d'autres du statut historique et patrimonial de cette salle, le New York Times a fait un papier nostalgique sur sa dernière nuit.

Il y a 2 manières de voir la fermeture d'une telle salle. La première, évidemment celle de Patti Smith, égérie du lieu : "c'est un symptôme de la nouvelle prospérité vide de notre ville" (NYT, 16 oct.). On comprend que celle qui fut en résidence 7 semaines d'affilée à ses débuts ait le fermeture du CBs en travers de la gorge.
En fait il ne s'agit pas que CBGB, puisque comme le rappelle le quotidien new yorkais, ce sont plusieurs salles qui ont fermé récemment dans le lower Manhattan, toute plombées par des loyers qu'elles étaient incapables de payer. Malheureusement il est difficile de blamer les propriétaires, qui sont tantôt une université, tantôt un comité de résidents qui gère des centres d'hébergement (shelters) dans le cas du CBGB. Difficile de demander à un shelter de se passer des 75'000$ que son locataire lui doit.
Rien n'y a fait. La mobilisation des stars, à commencer par David Byrne, et une pétition-souscription save CBGB n'ont rien pu lorsque la cour suprème de l'Etat a validé le non-renouvellement du bail de 12 ans.

Je ne suis qu'au début de ma recherche. Il va falloir que j'en sache plus. Le fait qu'une salle chargée de passé mais qui ne fait recette ferme, ça me semble normal. Patti Smith commença aussi son concert en disant "de nouveaux gamins avec de nouvelles idées créeront leurs endroits, peu importe que ce soit ici ou ailleurs".  Les artistes ont parfois besoin de ne pas trop avoir le passé dans les pattes pour évoluer librement. Et il est bon de ne pas fétichiser des lieux alors que c'est l'art qui prime, pas les murs. D'après Undercover, Steve Shelley de Sonic Youth résume ainsi la situation :

"tout le monde à New York dit que c'est un endroit important, mais personne n'y va".  Mais quand plusieurs salles ferment, toutes parce que les loyers sont devenus insupportablement élevés, on réentend la mise en garde de Patti Smith autrement. Vu l'identité des propriétaires, c'est le problème de l'économie new yorkaise, hors de prix, qui est posée. Et avec elle la possibilité d'avoir des lieux, de clubs, où croiser des artistes live, sans avoir à débourser des dizaines de dollars ni les voir à 100 mètres comme dans les grandes salles. A Paris, on a la chance d'avoir des dizaines de pettis bars de quartier où entendre des groupes de tous styles, mais chacun est menacé par une acoustique aproximative et des voisins qui ne sont pas tous noctambules. En ce moment ça se passe pas trop mal.

Voilà pourquoi j'ai du mal à comprendre le projet du patron du CBGB d'aller recréer son lieu à.... Las Vegas. Las Vegas où les stars se produisent à prix d'or dans les casinos, au milieu d'une ville où l'argent fou est la seule et unique valeur (on ne peut pas dire que Les Experts réussissent à nous détromper sur ce point). Ca résoudra certes son problème économique personnel, mais la question de savoir où jouer et écouter des groupes de rock à Manhattan reste posée. Le Sud de Manhattan semble plus que jamais partagé entre les immeubles de finance et le charme de musée de quartiers hors de prix entretenus par des millionnaires épris d'une image de marque. Ce sont sans doute les mêmes qui achèteront le livre qui retrace l'histoire du club.

Ps : les photos de Juroca sont superbes. Vous pouvez aussi les voir ici.

Publié dans arbobo

Commenter cet article

arbobo 02/11/2006 23:53

christophe tu me désespères,joplin et hendrix, 27 ans,j'en parlais justement dans mon billet du 26 juillet ;-)http://arbobo.over-blog.com/article-3354834.html

Christophe 02/11/2006 21:38

Et Jesus Christ superstar, y s'rait pas mort à 33 ans ?

Mike Brant ?
Jim Morrison ?
Janis Joplin ?
Jimi Hendrix ?
C Jerome ?

84c (ouah, en enlevant quelques côtes, on doit pouvoir y arriver)

arbobo 02/11/2006 13:10

enfin quelqu'un qui conait le fameux et triste lien entr rimbaud et rambo (véridique :-/HCR (ben, tu m'étonnes)

Djac Baweur 02/11/2006 12:20

Rambo a été crucifié ?
Pff on me dit jamais rien à moi.

arbobo 02/11/2006 12:08

j'ai bien fait de pas la faire, celle-là, sev ;-)je m'aperçois avec horreur que même si j'ai écrit un billet sur les morts dans le rock je ne sais plus trop qui est mort à 33 ans (bon scott, je crois) :-/http://arbobo.over-blog.com/article-3354834.html