Filles de style

Publié le par arbobo

On en parle un peu dans les journaux de zique, et ça porte un nom très "web 2.0", qui pourrait les faire passer pour un groupe de techno berlinoise. En même temps, voilà encore un groupe qui s'est taillé une réputation sur internet avant d'affoler les réseaux traditionnels.

CSS, pour leur premier album, a décliné le sigle de son nom en brésilien, Cansei de ser sexy : "marre d'être sexy". Je ne pouvais rester insensible à la rébellion féministe de ce titre. Et encore moins insensible au contenu de l'album. 3 titres sont téléchargeables sur leur page myspace.

Je ne sais pas ce qu'il restera de ce disque dans 1 ou 5 ans, mais de toutes les sensations du moment qui ont buzzé cette année dans le microcosme, c'est probablement la plus chouette. 5 filles, 1 garçon, quelques tubes énormes et des textes salés. Miam !
Vous savez maintenant comment réchauffer vos soirées d'hiver, et que passer au réveillon pour réveiller les pieds fâtigués par la chaleur du feu de bois. Grâce à ce disque, votre dos va se transformer en douche chaude et il vous faudra un paquet de lavage pour enlever la sueur de votre froc. Prière de s'habiller léger et d'être bien chaussés, ça va puer des dessous de bras jusqu'à des heures indignes. Ouaiiiiiiiiiis 8-)

D'ailleurs pour être franc, et malgré le titre, ça cause vite graveleux sur ce disque, à commencer par les titres, Art bitch, Let's make love and listen to death from above, Music is my hot hot sex, mais les paroles ne sont pas en reste, surtout quand il s'agit de traiter Paris Hilton de bitch sur tous les tons. Mais rien de commun avec les paroles débiles du r'n'b. Cansei de ser sexy mérite bien son titre, en met plein la gueule aux cyniques branchouille, et réserve les grands mots à son amour de la musique (music is my boyfriend, music is my hometown...). Ecoutez plutôt !

Voilà un brillant mélange rock et electro-punk, qui fait penser à tout sauf à ce qu'on connait de la musique brésilienne. Quelque part entre Elastica et Le Tigre, excusez du peu, avec une touche de Talking heads et une pincée de Blur. Tout est dansant, séduisant, dans ce disque. A commencer par Let's make love and listen to death from above, une vrai killer track pour dancefloor. Il y a souvent un fond baggy, tantôt en avant tantôt à l'arrière plan, qui vous assure une rythmique taillée pour les pieds.

Dans un esprit entre no-wave et riot grrrls, les titres empruntent des rythmes assez différents, et c'est plus un esprit qui les unit. Dans certains disques la diversité d'influences transpire le manque d'imagination, ressemble à du collage, bref l'avis de recherche de neurones. Parfois au contraire c'est malin, bien fait, talentueux. A la première écoute on passe son temps à se demander où CSS a bien pu puiser ceci ou cela, comme le son de guitare très "Police" de la version "banda" de Meeting Paris Hilton, ou la basse très New Order de this month, day 10, morceau dont le début me fait furieusement penser au She's hearing voices de Bloc Party.
Le dernier disque de Cassius, avec son excellent Toop toop, mériterait presque de figurer ici, et ne déparerait pas dans le mobilier. On n'est jamais vraiment dans la disco comme peut faire le dernier des Scissor sisters, mais c'est dancefloor à fond. Pourtant CSS a signé chez Sub pop, un label phare du mouvement grunge. Décalé? Pas forcément si on prend comme exemple Frantz Ferdinand qui font, d'une autre manière, du rock dancefloor, ou encore d'une autre manière le denrier disque de Louise Attaque (qui m'a réconcilié avec eux).

Ce truc est une machine à danser de la pire espèce, un truc qui vous colle aux basques, qui vous fout ses mains dans le pantalon pour vous faire trémousser encore et encore et encore. Profitons tant que c'est à la mode.

Commenter cet article

arbobo 07/12/2006 14:53

oui mains l'interview est sympathique, et relativise mes conclusions hatives sur l'intention féministe de leurs textes (quoique, ils les ont tout de même cjhoisis, leurs textes)

Christophe 07/12/2006 14:44

Pff.. libé, toujours en retard sur les médias up to date. Pas étonnant qu'ils coulent
http://www.liberation.fr/culture/musique/221656.FR.php ou en lien dynamique ci-dessous

be2 (je préfère les 2b3)

arbobo 05/12/2006 14:41

tout le disque, en fait, stefan,mais passe par les liens de l'article tu te feras une idée.c'est à dire là:http://www.radioblogclub.com/search/0/cansei_de_ser_sexymes préférées : let's make love... et this month, 10ça commence par les guiboles et ça remonte, ça remonte...

stefan 05/12/2006 14:31

"ce truc est une machine à danser de la pire espece". Quel truc? nom du morceau?

arbobo 03/12/2006 19:22

salut lutin.