La note bleue

Publié le par arbobo

Un français a l'honneur de diriger le label Blue note depuis quelques années. C'est lui qui a signé des pointures comme Norah Jones, mais aussi des français comme Julien Loureau ou, plus étonnant, Saint-Germain (il a redressé les venres, mais le bilan artistique du gars est pas génial).

Blue note, qui a fait les belles heures du jazz d'avant garde avant que le free d'Impulse ne le supplante, tient son nom de cette fameuse « note bleue » qui serait typique du jazz.
La "note bleue", c'est une note qui vient dans un certain motif harmonique, pas n'importe lequel, mais là si je m'essaie à décrire je vais nager sévère. Extrait saisi dans le documentaire dont je vous parlais il y a 3 jours sur les musiques de films : la "note bleue" est une 7e en bémol (croyez-vous que ça veuille dire quelque chose? j'en doute). Une brève explication ici.

Le blue note, c'est aussi un club de jazz renommé de Manhattan, un club devenu un peu un musée où passent aujourd'hui les grands anciens, sur la 3e rue.

D'où vient-il, ce bleu qui fit fureur parmi les jazzmen? Est-ce Ellington qui l'a décrit? Le doit-on à Miles Davis ou à Coltrane? Que dalle. Ce n'est pas un musicien connu qui a forgé l'expression, et surtout ce n'est pas un jazzman. On tombe de haut.
Quelle ironie....

La "note bleue" doit son nom au compositeur de musique de film Al Newman. En 1941, le style des compositions de Max Steiner, tout en cordes et en langage classique, s'est imposé comme le standard hollywoodien. Cette année, Bernard Herrmann compose le score de Citizen Kane, tandis que Newman écrit pour l'adaptation d'un roman gallois dur et pas mal du tout, Qu'elle était verte ma vallée. Il puise évidemment dans le répertoire des chants gallois, notamment un air intitulé Six pence. Mais il l'adapte en puisant, chose nouvelle et que seul Hollywood permettait, dans le jazz. Un tel mélange de styles n'aurait pas été permis dans un autre contexte. Et c'est en écrivant ses arrangements que Newman donne son nom à la fameuse "note bleue" qui prit une place centrale dans le jazz des années qui suivirent.

Le propos du documentaire de Waletzki est de dire que c'est Hollywood qui a permis la rencontre entre le langage symphonique et le jazz, et donné son nom à un élément clef du jazz. Comme le souligne le film, l'ironie veut que ce soit le fils d'émigrés juifs ukrainiens qui ait intitulé la "note bleue" en composant "un jazz gallois".
Là-dessus, vous pouvez tirer une moralité mondialiste et bienpensante qui collera à peu près à ce que je pense, et gnagnagna esprit de noël et bla et bla :-D

Publié dans arbobo

Commenter cet article

arbobo 28/12/2006 22:49

et une bise également en retour ;-)bon, vous êtes exigeant-e-s, vous avez raison, je suis toujours en vacances mais je vais essayer d'y remédier sans trop tarder.

Cathie 27/12/2006 20:58

Même qu'un exemple serait le bienvenu, si possible vieux standard de jazz,  vocal et pas seulement instrumental, et quitte à y gagner quelques points de chieuse, avec des précisions du style: la 15ième note en partant de la droite est très très bleue.
Et je te bise.

Ama-L 27/12/2006 19:13

Ben mince alors. À une époque j'ai cru que Chopin connaissait la note bleue, à cause de Zulawski (enfin bref). À une autre je croyais que ça avait quelque chose à voir avec le blues (sans doute parce que toute la musique que j'aime elle vient de là...). Comme quoi on est peu de chose.

arbobo 27/12/2006 17:02

voilà qui est déjà plus précis, merci djac :-)et tu auras noté que je n'écris nulle part que newman aurait "inventé" la note bleue, mais seulement qu'il l'a baptisée, lui conférant par là même une forme de statut.d'ailleurs les interviews du docu que je cite ne disent pas autre chose.claudine longet, elle chantait de sa voix d'ingénue "bleu, bleu, l'amour est bleu",mais ça, c'est une autre histoire

rififi 27/12/2006 12:00

pon pen perci djac, c'est pien plus plair pomme ça... 8-pça se confirme, je peux peuj'y arriv'rai, j'y arriv'rai....;-)