la mort du Parrain

Publié le par arbobo

Vous avez déjà regardé la cérémonie des Césars, vous avez donc pu apprécier combien il est difficile de ne pas se faire chier pendant l'énumération des artistes morts l'année écoulée. Quoi de plus chiant qu'une notice nécrologique, et quoi de plus impersonnel qu'une liste de noms... Je doute que les familles des morts pour la France inscrits sur les mémoriaux soient d'accord avec moi, mais honnètement, dans une cérémonie légère et officiellement joyeuse comme les Césars et équivalents, la larmichette officielle est bien vite essuyée quand s'annonce la liste des "nominés" suivants.

Petite sélection à écouter.

Cette année, quelques pointures sont parties, mais de Syd Barrett à James Brown en passant par Arthur Lee et Desmond Dekker, la plupart des trépassés du rock avait fini son grand oeuvre depuis belle lurette. Je ne souhaite la mort de personne, je dis juste que musicalement ça ne fait pas de différence qu'ils soient morts maintenant ou plus tôt ou plus tard. Je ne dirais pas la même chose pour Grant Mc Lennan, dont on peut penser que malgré la fin des Go-Betweens il avait encore quelques belles chansons dans les doigts.
James Brown, comme homme je ne vais pas le regretter. Taulard récidiviste, bagarreur, jamais en retard d'une torgnole à sa compagne du moment, j'en connais plus d'une qui doit même être soulagée de son départ pour le 1er balcon. Ce qui n'empêche que c'est un des artistes les plus importants du 20e siècle qui disparaît (enfin pour ce que j'en dis).

Ce type a inventé le funk et écrit un sacré paquet de tubes inusables, et pourtant depuis longtemps il ne vivait plus que sur sa réputation. J'ai ouï dire que les concerts de Ray Charles, mort il n'y a pas si longtemps, restaient de très belle qualité jusqu'à la fin de sa vie. Qu'on se le dise, ça fait des lustres qu'aucune rumeur de ce genre ne circule à propos de James Brown. Son dernier gros coup fut Living in America en 1985, pour la b.o. de Rocky IV, et son dernier grand disque est le Jungle groove sorti en 1986, sur lequel il reprned un de ses premiers tubes, l'inusable Funky drummer avec Bernard "pretty" Purdie à la batterie. Or c'est une compilation, lui qui en a sorti un paquet déjà.

Depuis, en dehors d'un nombre incalculable de compilations en tout genre, il a sorti 2 choses intéressantes. Un certain nombre sont intitulées d'après l'un ou l'autre des surnoms que James se choisissait lui-même, Godfather of soul music, Mister dynamite...
D'abord en 1990, un très bon coffret, Messing with the blues, reprenant ses titres blues. Ensuite, une série de compilations James Brown's funky people, avec les musiciens qui l'ont entouré et qu'il a aidé à décoller, Maceo Parker, the JBs, Lyn Collins, Fred Wesley...

Bon, je critique, je critique, mais ce gars là a aussi imposé au monde entier une chanson qui vaut bien des poings brandis : Say it loud, I'm black and I'm proud.
Et ça, tout connard qu'il fut par ailleurs,  ça reste un des actes les plus marquants et les plus respectables du 20e siècle. Incroyable parcours de ce type qui a dynamité la musique, ouvert un territoire dont il a bâti lui-même les plus grands buildings, et qui a passé la deuxième moitié de sa carrière à beugler peinard ses tubes cultissimes.

En dehors de ce titre et ses autres tubes mondiaux, il a fait quelques b.o. de blaxploitation, dont The Payback, pas mal du tout (pas encore vu le film), et un paquet de morceaux moins célèbres que j'aime beaucoup. J'ai le plaisir d'avoir en 45t funky president, mais pas encore The boss, tout aussi bon. Quant-à this is man's man's world, autant vous dire que je n'ai jamais cru une seconde ceux qui sont persuadés que cet ode aux femmes serait autre chose que de la pure tradition misogyne. Le morceau n'en est pas moins un de ses tout meilleurs, le godfather était aussi remarquablement doué pour les ballades que pour les funk à se décoller les rotules.

Vu le nombre impressionnant des compils déjà sur le marché, dont la plupart des foyers ont au moins un exemplaire, je doute que sa mort dope réellement ses ventes. Peu importe, on peut toujours aller voir Maceo Parker en concert le 30 janvier. James est mort, mais son funk bouge encore :-p

Commenter cet article

mebahel 10/01/2007 22:39

Ha yeah, ayé, je suis en train de tout récupérer. youpi.
culture rock, à moi :-)

mebahel 10/01/2007 19:45

ouais ca ne reste en podcast que 24h en semaine et le w-e pour les émissions du vendredi.
donc faut ecouter sur le site
ou capter pour se les garder, mais là, je me bats avec un logiciel qui veut rien savoir, ce crétin.

Ama-L 10/01/2007 18:37

Mmmh ça donne faim ce lien. Merci Mebahel. Dommage que France Cul soit un peu à la ramasse sur le podcast, c'est compliqué du coup de rattraper les chapitres qu'on a loupés.

mebahel 10/01/2007 17:57

zut , je le mets sur mon pseudo vu que ca fait un comm tout zarb

mebahel 10/01/2007 17:46

Je mets ça ici, un peu au pif
...mais une série sympa sur france Q mérite l'écoute, je trouve, tant que c'est possible sur le site, le gars donne plein d'exemples et se met parfois au piano histoire de comprendre les différents z'accords et rythmes, et remonte au début du siècle pour expliquer le pourquoi du comment.
bref je m'instructionne, mais bon, j'ai pas vot' niveau, alors forcément,il faut.
c'est là:
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/histoirede/archives.php