That's my name

Publié le par arbobo

Un excellent titre de UFO,aux accents très james bondiens, s'intitule His name is...

Tout le monde peut s'appeler Tabatha Cash. Un grand jeu américain consiste, entre amis ou collègues, à trouver quel est son "nom de porno". Des films et des séries en donnent même la recette, de mémoire on prend le nom de l'animal domestique qu'on avait petit suivi du nom de votre rue où vous habitiez, ou quelque chose d'aussi ridicule que ça. D'autres plus fainéants disent qu'on garde son prénom et qu'on y accole le nom de sa rue (sauf si c'est un truc genre "5th avenue" ;-) Vous noterez que ce "jeu" associe explicitement porno et enfance, vous en tirerez les conclusions qui s'imposent sur cet "amusement" glauque au possible. Fin de la récré, causons sérieux !

Le nom, pour un artiste, c'est important, nom de groupe ou pseudonyme pour gommer ses origines ou un nom peu glamour. Mais alors le surnom, ça, c'est pas pareil.
Si Les Paul avait été surnommé "popaul", sa guitare aurait certainement eu moins de succès.
Dans l'ensemble, en anglais les surnoms les plus admiratifs rejoignent souvent ceux donnés aux sportifs. En français, plus que des surnoms, on doit souvent compter avec des expressions toutes faites, qui deviennent inévitables avec le temps jusqu'à devenir un quasi-surnom. Sans compter les adjectifs obligés comme "trublion" et "intello", Abd al Malik étant "l'intello du rap" de la même manière que Vikash Dohrasoo est "l'intello du foot", alors que le premier cite Deleuze et que le second ne lit pas tellement.

L'avantage de la musique, c'est qu'on peut y avoir des monarchies très pluralistes. Elvis "the pelvis", qui est pourtant "the king", ne règnait sur personne et c'est plus comme un dieu que les fans l'adulaient que comme un monarque. La Queen of soul, Aretha Franklyn, ne jalousait pas son royaume.
Le vocabulaire nobiliaire est aussi très en vogue dans le jazz, au point que de Duke Ellington et de Count Basie, bien peu d'amateurs connaissent le véritable prénom. Moins connu, Charlie Mingus était parfois appelé baron.


L'un d'entre vous disait récemment ignorer jusqu'à un de mes billets, que le prénom du saxophone jazz "Cannonball" Adderley était Julian. qu'il se rassure, je doute qu'il soit seul dans ce cas. Johnny Guitar Watson est dans le même cas.

Quant-à Memphis Slim, depuis le succès d'Eminem ce n'est plus à lui qu'on associe cet épithète mais au "slim shady". "Bix" n'était pas non plus le prénom de Leon Beiderbecke.  Pour ce qui est de Bird, si vous ne savez pas de qui je parle, vous n'aurez pas perdu votre temps à aller vérifier par vous-même :-)

Le "godfather of soul" (James Brown) et la "high priestess of soul" (Nina Simone) semblent pencher vers le religieux, mais leur engagement a surtout été civique et politique. Le premier, aussi baptisé "mister dynamite", n'avait rien en effet d'un paroissien modèle. Ce surnom fait pas mal penser à celui de Gilbert Bécaud, "monsieur 100'000 volts". Plus facile à porter et plus valorisant que l'encombrant "little" accolé à Stevie Wonder, qui une fois adulte a du faire oublier qu'il avait été précoce. Etre la nouvelle "petite fiancée de l'Amérique" n'a pas forcément un cadeau pour Judy Garland non plus.


Parfois le surnom suffit, entre initiés, à désigner un artiste sans ambiguité. Il suffit de parler de "slowhand", et les fans d'Eric Clapton verront en vous un amateur éclairé digne de leur conversation ;-) Mais d'autres se contenteront de l'appeler tout bonnement "God". "Divine" suffit également pour évoquer Sarah Vaughan, et "Lady day" pour Billie Holiday, tandis qu'avec plus de simplicité "Louis" fait nécessairement référence à Armstrong, connu aussi comme "Satchmo". Peu de gens réagissent si l'on dit "Sphere", mais ce nom désigne pourtant "melodious Monk" en personne. Certains surnoms, moins marqués, prêtent à confusion, comme "big O", qui désigne à la fois Otis Redding et Roy Orbison, deux monstres chacun dans leur genre.

On a vu que la France n'est pas avare de surnoms, de Gainsbarre à la "longue dame brune" (Barbara) en passant par "BB", sans oublier la "môme" Piaf ou "le fou chantant" Trenet, mais l'Amérique nous dame le pion. The boss ne peut être que Bruce Springsteen, l'Iguane Iggy Pop et the man in black restera longtemps Johnny Cash. The Voice est réservé à Frank Sinatra, aussi connu comme "ol' blue eyes" ou "chairman of the board" tant il était reconnu comme le patron.  Chez nous, on a tendance à trouver que le compliment suprême consiste à dire d'un artiste "c'est le nouveau machin". Au mieux on traduit une expression, Shakira devenant "la bombe latine".

Il existe des "règles" habituelles pour la présentation des noms et surnoms en anglais. D'ordinaire le nurnom figure au milieu, entre guillemets, comme pour Julian "Cannonball" Adderley. Mais il arrive qu'on modifie cet ordre pour que ça claque mieux à l'oreille, ainsi du boxeur "Sugar" Ray Robinson mais aussi de Screamin' Jay Hawkins, que je n'ai jamais vu présenté autrement que par cette expression entière, jamais abrégée.


J'ai laissé de côté David Bowie, assez unique en son genre, comparable dans l'utilisation de ses noms pour partie à Prince et pour partie à l'écrivain Fernando Pessoa et ses nombreux hétéronymes.

Publié dans arbobo

Commenter cet article

cactus aime le mot dit 23/02/2007 23:02

enchanté aussi Arbo' : ton petit chez toi a bien grandi : tel Gandhi ou Gaudi tu t'investi : Sissi et c'est temps mieux : qu'à voir notre hiver : merci à ton toi !

arbobo 21/02/2007 02:34

enchanté :-)

L'arpenteur K. 20/02/2007 23:20

J'abonde, le Prisonnier est une des meilleures séries que je connaisse avec Twin Peaks et l'Hôpital et ses fantômes. Madame m'a offert l'intégrale pour Noël et nous sommes en train de la regarder (lentement mais sûrement, ça change, la première fois que j'ai dénié m'intéresser à cette série, je l'avais empruntée à la médiathèque et l'avais regardée dans le week-end). Au fait, que je vous présente, Madame c'est mpm qui a signé un commentaire plus haut, voilà. Les gens, Madame, Madame, les gens.Sinon, rien à voir mais voici une page d'auto-promo, je viens de me saigner d'un article sur mon blog et j'aimerais bien que des gens le lisent. Ben non, je n'ai pas d'amis... :p Ce n'est pas forcément que l'article soit bon, mais il est bigrement long pour ma part, même si je ne prétends pas rivaliser avec notre hôte et puis j'y parle disques, hein. Alors pour la peine, c'est par là : http://www.abscons.org/spip.php?article77Je sais, c'est bas. FQP

Ama-L 20/02/2007 22:37

Ah oui bien d'accord.Bon ben Arbobo c'est même plus la peine de faire un billet sur Le Prisonnier, on a déjà commenté. ;-)

Ska 20/02/2007 22:06

Le prisonnier, c'est pas que le générique qui est le meilleur d'entre tous, c'est bien la série elle-même qui est la meilleure d'entre toutes ! Voilà, c'est tout...