Mort aux rats

Publié le par arbobo

Que ce soit Trust ou Téléphone, pour le meilleur, ou les Naast pour la parodie involontaire, on peut trouver des influences rock à l'intérieur de nos frontières. Mais c'est surtout à propos de Noir Désir qu'on a le plus souvent cité ce groupe, bordelais lui aussi, devenu mythique à force d'être introuvable chez les disquaires.

Ca n'est plus le cas. Grâce à La baleine, on trouve aujourd'hui une compilation des fameux Strychnine, à la hauteur de leur réputation. Lâche moi a même des accents pré-Pixies emballants, et Fantasme sonne 10 ans plus tôt comme Nirvana,  alors que les premiers riffs de Chose inutile viennent des 60s, un peu Stones un peu Stooges. D'ailleurs la compil contient une reprise live de I wanna be your dog, avec des passages de guitare qui rappellent les premiers titres de Cure les plus nerveux. Carrément.

"Tout droit, tout droit, tu sais bien que c'est là que tu vas
tu sais déjà que les jeux sont faits.
C'est sans issue, c'est une génération vaincue.
Tout ça va disparaître. Mais qu'est-ce que ça peut faire?
Qu'est-ce que tu espérais
C'est sans issue, c'est une génération vaincue." 
(extraits disparates tirés de Génération vaincue)


Ces six là, K. Lis (Kick), le tardif R. Brousse (Richard Spleen), L. Maldoror (JCB), JP Sire (JP JP), F. Tisné, C. Ghighi ont tourné de 1976 à 1981. Carrière rapide, entamée en 1977 à Mont de Marsan aux côté de the Clash, achevée après 2 albums. Au moins six 45tours, édités chez AZ, peuvent être parfois trouvés sur le marché.
Le chant est correct mais on ne peut pas dire que la qualité vocale soit ce qui fait vibrer quand on écoute Strychnine. Mais on vibre. C'est Lis qui fait quasiment tous les titres, seul voire à 4 ou 6 mains. Je ne sais pas ce qu'il est devenu.

L'esprit punk, il est là. Le vrai. Dans le parcours, dans la musique directe sans être bourrines. Depuis les titres, Génération vaincue, aux paroles ("je ne suis qu'un branleur", Chose inutile). Posture assumée, goût de la scène, choix de la non-célébrité, autodestruction du groupe conforme à leurs chansons. rien à redire.
Entre la musique et l'histoire du groupe, tout est réuni pour en faire de plus en plus une groupe adulé, ce serait justice.

Amours dehors n'est qu'une compile, avec ses bons côtés (live inédits) et ses mauvais. On n'y trouvera donc pas tous les titres, notamment Jack the ripper, un de leurs rares titres chantés en anglais, bien crade et même un peu flippant comme il faut.

Les années 70-80 auront décidémment été bien mieux que la soupe tiédasse qu'on prétend habituellement. De Strychnine et les Stinky Toys à Marquis de Sade ou Jacno, ça volait haut.
Vous voulez du rock français? Jetez vous sur Strychnine.

Je prédis que si vous le faites, tout le monde autour de vous en entendra parler.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

arbobo 14/04/2007 02:01

on m'a confirmé depuis qu'ils ont fait des concerts communs, noir désir assurant leur première partie au tout début de leur carrière.l'injustice fait les légendes, tchouki, qui sait, dans 10 ans les rockers français se réclameront peut-être d'eux?

Tchouki 14/04/2007 01:58

La grande injustice des années 80. Strychnine aurait du avoir plus de succès que ces minets de Téléphone. Je viens de trouver leurs 2 albums en Vinyle, ils sont sublimes, et contiennent des titres qui ne sont pas sur le CD. Sinon, le chanteur Kick a fait deux albums solos introuvables, car pressés en toutes petites quantités. Sur le second, "Visions Pures" (1985), tous les choeurs sont assurés par "Fred, Denis et Bertrand de Noirs Désirs". En fait, certains morceaux de ces albums solo de Kick sonnent comme du Noir Désir. Ils sont aussi bons et peut être même meilleurs que Strychnine. Mais pour les dénicher... Bientôt sortira un très beau livre "Bordeaux Rock(s)" avec toute la saga de Strychnine.

arbobo 20/03/2007 14:17

j'en veux, j'en veux !
 :o)

rififi 20/03/2007 13:26

holalaaa ! honte à moi :-(quand je pense que j'ai dit que le nome ne me disait rien... mon excuse c'est que je ne retenais rien, j'écoutais t je dévorais c'est tout.tout ça pour dire que je viens de retrouver un 33T de Strychnine :-)YES ! (5HP : en 5-1 ? pas encore...)

arbobo 19/03/2007 00:40

avec un peu plus d'indulgence, je partage ton étonnement ama-l,strychnine mérite bien son nom, c'est fort et radical,à bien y réfléchi je crois que c'est tout bêtement un grand groupe.la "scène bordelaise" c'est une chose, comme plus tard la "scène rock de Rennes" c'est un peu fourre-tout, mais strychnine, c'est du bon.