Kitsuné maison : Appaloosa a sa chambre

Publié le par arbobo

Comme vous le savez, je ne me lasse pas de certains morceaux d'Appaloosa, notamment The day (we fell in love) que je vous ai déjà présenté ou Intimate.

Découvrez Appaloosa!


Il y a quelques jours vient de paraître une nouvelle compilation Kitsuné, le numéro 6 de Kitsuné maison. Mi label musical, mi créateurs de mode, cette entité parisiano-tokioïte publie régulièrement la fine fleur de l'électro. Le genre de maisons, c'est le cas de le dire, qui attire l'oeil à New York ou Londres, et qui chez nous pâtit parfois de l'aura d'un autre poste avancé de l'avant-garde, Ed Banger.
C'est sur ce volume 6 qu'on peut écouter The day (we fell in love), Fisherspooner, The shoes, ou encore PNAU (des amis de Ladyhawke avec qui elle a enregistré).

Les Cazals, Digitalizm, Autokratz, voilà le genre de matos qu'on trouve dans ces compiles. Et parmi tout ce petit monde, cette chère Anne-Laure qui n'est pas près perdre son franglais avec pareil entourage. La preuve ici en interview exclusive.
Et pour la première fois la sortie de Maison s'accompagne d'une tournée.

Découvrez Pnau!


Le disque est en écoute en ce moment sur deezer. Un must be pour vos soirées glam, les amis.


Enjoy !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

arbobo 23/11/2008 12:56

je viens d'ajouter un teaser video pour parcourir rapidos tous les titres de la compile :-)
affutez les mmonboots ça va groover ^^

Neige 13/11/2008 11:18

C'est bien pour l'apéro je trouve, euh pardon, pour les "before"!

arbobo 12/11/2008 01:24

j'y vais de ce pas juthova :)

juthova 11/11/2008 19:46

Oui sympa mais un peu trop soft effectivement . Après ta proposition de l'excellent DIPLO, je préfere écouter l'EP de Wat: http://la-reprise-musicale.over-blog.com/article-24457426.html 

Magda 11/11/2008 18:23

Ah mais c'est que tu en parles si peu dans ces pages... Oh, moi tu sais, je fais essentiellement confiance à bpitch control pour me nourrir les oreilles tous les ans de nouveautés alléchantes. Jusque là ils ne m'ont jamais déçue. Mais c'est évidemment mon chauvinisme berlinois qui parle.