Trompettes de la renommée

Publié le par arbobo

Dans les maisons de campagne, on met parfois la main sur les vieilleries achetées par quelque tante du temps de sa jeunesse orageuse et enfumée (enfin, bon... qui sait). A côté du joyau Meddle de Pink Floyd, une autre galette au nom totalement inconnu. Mais bon, entre deux aprties de scrabble, j'avais bien le temps de poser le diamant.

Jericho Jones. Leur excellent album Junkies monkeys & donkeys, sorti en 1971, n'appartenait pas clairement aux genres de l'époque mais traversait à la fois le hard naissant et le psychédélique finissant. Comme un cousin de Love, Deep Purple et de Vanilla fudge... ceux qui woodstockent à leurs heures perdues verront ce que je veux dire. Aux uns Jericho emprunte les gros riffs de guitare puissants, que Free ou Aerosmith ne renieraient pas. Aux autres, les envolées, les chants en nappes aériennes, les choeurs légers préférant les aigus. On trouve aussi le groupe cité parmi les groupes progressifs de ces années.
Le son rappelle aussi un autre groupe de l'époque resté obscur pour le grand public, Hot tuna (le thon chaud, faut dire qu'avec un nom aussi minable ils mettaient pas la barre très haut). Ou le ZZ top des débuts, le meilleur.

Certains titres restent entièrement pop, voire carrément Beatles pour No school today, où le chant rappelle d'ailleurs carrément Mc Cartney. Pour les petites bibeloteries rajoutées par-dessus, pour l'anecdote certaines mesures évoquent I'll be there for you, le générique de Friends. Si, si, je vous jure :-)

Leurs meilleurs morceaux sont incontestablement ceux qui partent de ballades vaporeuses, comme le Mare tranquilitas d'ouverture et le What have we got to lose final. Enfin, final sur la version d'origine, la réédition comptant 5 titres additionnels (5 titres hard un peu standard qui enlèvent plus qu'ils n'ajoutent à ce disque, je trouve). J'aime particulièrement lorsque le choeur se lamente d'une même invocation "we only can offer what we have to give" (There is always a train). Les riffs d'ouverture de Man in the crowd ou de Freedom sont canon, les nappes vocales parfaites, les breaks secs à souhaits et claqués au bon moment. Bref, ce groupe avait des atouts et je suis surpris que seul un public réduit se souviennent de lui. Un public israëlien, pour être précis.

Car, que sont les Jericho Jones devenus? Ceux qui avaient commencé en 1968 sous le nom des Churchills, ont commencé en Israël.  Suivant leur logique de lien entre les deux pays, ils ont pris le nom Jericho Jones en s'installant en Angleterre. Ils ont rapidement écourté leur nom en Jericho, et gravé un nouvel album, un 5 titres publié en 1972 par Red Bus comme son prédécesseur (et distribué par A&M, le label d'Herb Alpert). Si les noms des membres du groupe vous disent quelque chose, n'hésitez pas, je suis preneur d'infos. Et si vous lisez l'hébreu, vous trouverez peut-être des infos intéressantes ici, mais je ne garantis rien faute de rien y comprendre. Ou encore ici, toujours sans garantie de ma part.

En 2004, un dénommé Steve Charbonneau a sorti un album sous le nom Jericho Jones, Soil and seed. Je n'ai pas l'impression qu'il y aie le moindre rapport  entre  les deux groupes.

Commenter cet article

cactus en boucher 04/10/2006 22:50

BIEN !

laurence 04/10/2006 11:10

" ha ba nee bee ha ba ne be"
voilà.
après on causait plus que comme ça.enfin on essayait.
mon dieu, ça nous rajeunit point.

(pour tout le reste, j'ai rien à dire, ma culture n'est même pas une confiture, à ce stade, j'ai rien de rien à étaler.)

arbobo 04/10/2006 09:56

vous aurez aussi noté qu'aucun groupe français ne s'appelle "les bayrous", encore moins des groupes psychédélique (encore que, ce seraient les seuls qui en seraient capables ;-)

arbobo 04/10/2006 09:47

ramallah jones !brillant !KB3 (comme dash3, il enlève les taches des plantes et leur donne l'haleine fraiche)PS : vu ce w-e sur Paris Première, le cncours Miss World. avec des accessits aussi ecclectiques que "miss maillot de bain" ou "miss avec une vocation" (cette année, une africaine qui veut promouvoir des programmes pour les enfants atteints du Sida, bref un truc presque aussi important que remplir un 95C)

Christophe 04/10/2006 09:05

tu parles d'une tempête, ça volait de partout. des s giclaient dans tous les coins de mes posts. Sans sourciller ;-)

ha ba nee bee ha ba ne be, grand prix de l'eurovision 78 (le coûteux concours ringard se passait en France, merci Marie Myriam) nous a appris deux choses :
- Abba n'est pas le seul chantre de l'europop chorale (abba nee bee ?)
- Israël est en Europe.
Sinon, la chanson n'était qu'une dauble, mais grâce à la nostaligie, elle est tout à fait acceptable aujourd'hui.

Sinon, pour faire plaisir à Aridibulle, je trouve que la pochette de Jericho Jones a plus un côté Ramallah Jones après bombardement ou Tel-Aviv Jones après attentat.
Bon, je crois que ça va encore être mal compris...

hcf (mais à quoi sert de faire tourner ce robot, maintenant que je sais tout de la vie...)