Modes et travelo

Publié le par arbobo

Delpech Mode a été le succès de l'été. Un succès auquel j'ai eu bien du mal à succomber, d'où mon silence prolongé sur le sujet, que je me résous à aborder aujourd'hui. Car à vrai dire il y a eu un buzz microcosmique, pour être plus exact, et maintenant le duo accède à la grande notoriété, la vraie, celle super classieuse qui vous fait passer chez Denisot... Ben oui, ce mercredi c'est Delpech Mode au Grand journal de Canal+. Le début du fric, et le début de la fin. Je dis pas ça par élitisme, mais eu égard à la nature du projet, comme vous allez le voir.
 
Ce duo chante des paroles de Michel Delpech sur des musiques de Depeche Mode. Et ça fonctionne très bien, les rythmes de l'écriture sont suffisamment proches pour que ça colle.
Musique cheap et chant souvent approximatif sont là pour démontrer que l'expérience, intéressante sur le fond, reste un coup potache. C'est très second degré. Quand on va sur leur site, on mesure à quel point le second degré est poussé loin par le duo. Si loin, à vrai dire, que c'en devient une posture, un principe de fonctionement. Le problème, c'est qu'on poussant aussi loin le second degré il cesse justement d'être second, il devient un nouveau premier degré, une manière de se prendre au sérieux en se moquant. C'est ce qui fait, par exemple, que je considère Raphael Mezrahi comme un fat méprisant.
Le second souci, c'est que ça me fatigue un peu, à force, ces trucs à tiroir, ces jeux de mots vaseux que je me sers très bien tout seul à huis clos. Pas besoin qu'on vienne m'en apporter sur un plateau, l'humour cheap je peux le pratiquer moi-même sans assistance, c'est plutôt pour l'humour fin que le concours extérieur m'est d'un grand secours. Les noms de rubrique comme "remercimentage", "livre dehors", "produits des rivets" ou "heaume" pour la page d'accueil, j'en fais des pages entières avec mes potes, si des pros sont pas capables de faire un tantinet mieux c'est dommage. Et ils mettent le paquet, faut bien dire, par exemple en annonçant leur passage à Canal+ "Pour assister à l’émission, contacter au moyen d’un dispositif permettant de correspondre à distance par la voix (exemple: téléphone)". Parfois c'est drôle (allez sur la page "galas"), mais ça me saoule.

Bref, Delpech Mode, j'avais pas envie d'en parler. Ca au moins, c'est clair.
 
Mais j'en parle tout de même.
D'abord parce que ça fait bien 2 mois qu'on me presse de le faire, et qu'il y a des gens à qui on a plus envie de faire plaisir que d'autres (surtout lorsque c'est réciproque). Et parce que Z a eu raison avant tout le monde (bravo Z).
Et puis le genre parodique est devenu si prolifique (youtube en est un réservoir inépuisable) qu'il n'est pas mauvais d'en distinguer les meilleures réussites.
Stefan, dans des commentaires à un billet précédent, évoquait les mashmixes, qui mélangent 2 morceaux pour n'en faire plus qu'un, utilisant la méthode du remix dans un optique nouvelle (enfin pas si nouvelle, Tom's diner n'est pas récent). Delpech Mode fait quelque chose de ce genre, mais leur succès tient aussi à ce que leur idée est réellement nouvelle. Les idées neuves ne courant pas les rues, je peux au moins applaudir ça. L'idée est bonne parce qu'elle fonctionne. Autrement dit sous la blague potache (et le clip de Enjoy the Loir et Cher est effectivement drôle)  on fait le constat que la structure musicale est suffisamment identique d'un artiste ou d'un titre à l'autre pour que les ingrédients puissent en être interchangés. C'est rien moins qu'une leçon de théorie et même de philosophie musicale que nous assène Delpech Mode. Le pire c'est que je ne ris même pas en disant ça, je le pense, en bon pisse-froid que je suis.
Ce qui me retenait d'en parler, c'est que ce duo très rigolo se prenait un peu trop au sérieux à mon goût, sous ses airs de pas y toucher. Et ce dont je m'aperçois finalement, c'est que leur idée est, justement, très sérieuse.

Au milieu du Moyen-âge fut inventée la notation musicale occidentale, qui n'a guère évoluée jusqu'aux partitions actuelles. Fut également inventée une mesure temporelle, qui permet comme son nom l'indique d'avoir un nombre défini de temps dans une "mesure" et d'écrire pour plusieurs voix. Et d'écrire séparément ces voix pour ensuite les réunir dans l'interprétation. Delpech Mode puise aux outils de base de la musique occidentale moderne, pour en faire une musique post-moderne. Je suis d'ordinaire très rétif à l'utilisation de cette expression, post-moderne, sans doute parce que je ne suis jamais très certain de la comprendre. En l'occurence c'est pourtant bien de cela qu'il s'agit : avec 2 oeuvres personnelles, on en crée une nouvelle, on crée sans créer, on recycle. Et surtout, on supprime la frontière de l'individualité de l'artiste, qui était un acquis fondamental de la Renaissance. J'ai déjà expliqué en quoi les space invaders balaient cet acquis individué. Delpech Mode va également dans cette voie, en démontrant que la musique isorythmique occidentale est faite de fragments tous interchangeables entre eux. Ce n'est pas une découverte, d'un point de vue théorique, mais il fallait oser passer à l'acte. Et le duo en question est suffisamment iconoclaste pour cela.

Provocateur, en tout cas, c'est certain. Toujours dans le détournement, et dans l'idée de faire du dérisoire un art et inversement. Attitude pas neuve, mais pas évidente à tenir sans sonner creux aussitôt.
 
Car les gars dont on parle ici n'en sont pas à leur premier coup. Ce sont des artistes conceptuels, qui travaillent précisément sur la dégradation des codes, le détournement des usages, la désacralisation des oeuvres. J'en reviens donc au côté faussement potache, qui m'avait déplu au premier abord. Mais quand les gens qui se prennent au sérieux ont de bonnes raisons de le faire, ça devient une autre sauce. David Tourniaire, qui s'affiche leader du duo, a créé un site à lui.  Un site autrement plus intéressant, à mon avis, que Delpech Mode, n'en déplaise à l'air du temps. Il a notamment fait tourner en bourrique la presse de mode avec son concept "malsapé", réussissant à présenter en showroom des "chiffons griffés" (véridique). Tourniaire attaque le chic fumeux, en sachant très bien que ce sont pourtant exactement ceux qui font et vivent du chic-fumeux qui le font vivre et lui donnent la notoriété (parce que c'est un milieu qui adore se regarder, même en parodie).

Mais le meilleur sont ses animations et videos, franchement à hurler de rire, comme celle-ci.
 
Voilà comment, à partir de quelques chansons marrantes, je réussis à vous gacher l'amusement en transformant un clin d'oeil en vaste entreprise théorique. Le rigolo devient subitement barbant. Et c'est de bonne guerre, à mon avis, parce qu'il n'y a pas de raisons que je sois le seul à ne pas glousser en me déhanchant sur Delpech Mode.
(en fait c'est faux, je me déhanche aussi, c'est juste qu'il y a encore 15 jours je ne voyais pas l'intérêt de parler de ce truc).

Commenter cet article

laurence 07/09/2006 19:38

Tu as été pris subitement et par traîtrise d'une virulente compulsion à l'achat?
- ben quoi j'essaie de rattraper la sauce, hein, et quand je dis la sauce. moui. bon. ahem.j'retourne causer à ma panther, n'est-ce pas...

N6X

Christophe 07/09/2006 18:29

si je n'avais fait que saliver...

désolé...

8jk

arbobo 07/09/2006 16:06

en fait dans mon cas c'et pire, ce sont des souvenirs de bouquins d'histoire culturelle du moyen-âge, lus pour préparer les concours il y a déjà 6 ans, et vaguement réactualisés sur internet.au fait, je savais que ce mur de mac (dans le clip de DM) en ferait saliver quelques uns ;-)

Christophe 07/09/2006 10:43

Avec vos conneries, on s'éloigne bien de Delpech Mode. Résultat, je réécoute mes vieux disques du Moyen Age (en fait des rééditions). Je ne vous cacherai pas que je suis plus porté sur le chant grégorien que les polyphonies, mais bon, on en débattra une autre fois.

Piqué de curiosité et profitant goulûment de ma pause de mileu de matinée, j'ouvre le livret bien foutu d'un coffret d'Harmonia Mundi (Les très riches heures du Moyen Age, 6 CD) et là, que ne dévrous-je pas ? Quasiment tout le dialogue d'Arbobo et Djac à la virgule prêt, isorythmie et Ars antiqua compris !

hahaha : découverts !

EKB jardin

Christophe 07/09/2006 10:03

T'as connu le Sergent Garcia ?

Fédération Française de Cyclisme